• DSC06513   Copie
  • DSC06710   Copie

Bienvenue

 

  Traversée Nord Sud de l'Australie réussie, hip hip hip hourra ! La mise à jour du site continue bien sûr.

Le résumé c'est la vidéo qui suit :

 

 

Si vous voulez en savoir plus,  vous cliquez, ici :  Australie 

 

 

 

 

 

 

De Port Augusta à Melbourne

Sortir de Port Augusta n’est pas une partie de plaisir, la circulation est un peu dingue sur cette highway. La quitter ne pose en revanche aucun problème, une chaîne de petites montagnes, les flinders ranges, sur la gauche, on va s’échapper par là. Et en avant pour notre premier col australien. L’Horrocks pass culmine à 462m, ce n’est pas très glorieux, mais au club des 100 cols, on fait feu de tout bois, un de plus dans notre musette. Horrocks est un éleveur explorateur qui a été tué par un chameau à l’âge de 28 ans…

col horrocks

C’est une rapide et agréable descente qui nous propulse dans la vallée.

50 nuances de vert….avec du jaune aussi

DSC02633 copie

C’est là que nous nous rendons compte que le vert existe encore. Cela faisait longtemps qu'il avait disparu de la palette de notre peintre. Le vert et le jaune, les champs de colza à perte de vue.

DSC06585---copie
DSC06589---copie
DSC06607---copie
DSC06630---copie
DSC06645---copie

 

Et puis, les fermes, les vaches, les moutons, on se croirait presqu’à Fenières.  Pendant la traversée nord Sud, nous avions presque oublié tout ceci. L’horizon constamment sous nos yeux, toujours à la même hauteur, la plaine, l’horizontalité, le soleil et la chaleur sont venus à bout de nos petits équilibres mentaux fragiles. Constatez vous-mêmes comment cela se passe quand on se retrouve dans la civilisation : 

 

Nous sommes gentiment hébergés par Healther (hôte Warmshower qui héberge les cyclistes). Super maison au milieu des prés. Nous n’avions jamais pratiqué le warmshower avant l’Australie, mais c’est un bon moyen de rencontrer des locaux, nous décidons de réitérer l’expérience et nous retrouvons plus tard chez un couple non moins adorable, Buda et Halima. Les enfoirés habitent au sommet de la ville de Clare, c’est par une côte à 11 % que nous accédons à leur joli pavillon. La veille, alors que nous allons acheter du pain, nous sommes invités à dormir par la boulangère et passons une très agréable soirée avec Evelyne et son mari qui a des ancêtres français. Ce couple essaie de faire entrer en Australie un enfant qu’ils ont adopté officiellement aux Philippines il y a 8 ans. En bon français nous arrivons avec une bouteille de vin rouge. Erreur, ils font partie de l’église du 7eme jour et ne boivent pas d’alcool. Nous essayons de la refourguer chez Buda, Buda travaille dans un vignoble…et ne boit plus d’alcool. Bon, il fera quand même une exception cette fois ci…Comme il pleuvine, nous restons une journée, ils nous laissent la maison pendant qu’ils sont au boulot, nous sommes comme chez nous, et bien gardés par 4 clébards.

2017-09-29-18.49.16 resized 1
20170929 082736 resized 1
DSC06599---copie
pour-healther3

 

Arrivés à Angaston, un petit bourg de la célèbre de la Barossa valley, renommée pour ses vignobles, il fait froid et humide. Nous allons chercher du pain…des fois que….Mais non, rien ne se passe, la boulangère ne nous calcule même pas. Du coup, nous montons la tente sous des arbres, en pleine bourgade et passons quand même une bonne nuit.

Nous avons sacrément réduit notre nombre de km journaliers car la route ne nous fait pas de cadeaux. Ça monte et ça descend,  nos jambes souffrent, nous devons refaire des muscles après la platitude lors de la traversée Nord Sud.

DSC06666 copie

Et comme nous choisissons délibérément les plus petites routes pour être épargnés par le trafic automobile, et bien, nous dégustons ! Les types de la DDE ne se sont pas emmerdés, ils ont tiré tout droit, et vas-y que je grimpe sur la colline au lieu de la contourner. Et que je descends tout droit, et que je regrimpe sur la prochaine colline, rien de pire pour les pattes, on préfère de loin gravir un col. Tiens, en voici un petit, 380m, puis c’est la descente délicieuse sur le village de Sedan. 

filmé en roulant, appareil à la main, attention de ne pas se gaufrer !

Dans ce petit village, le bistrot sert un délicieux cappuccino, un vrai, encore meilleur que celui que l’on se fait d’ordinaire avec de la poudre. A Manuum, on refait encore les malins, et au lieu de suivre la rivière pour arriver tranquillement à Wellington, nous nous embarquons de par les collines, et on se fait exploser les cuisses. Du coup, on s’offre la soirée luxe : cabine dans le camping de Wellington, et restau, la totale. Au menu, un excellent poisson, du mullet, qui vit dans le coorong, un genre de bras de mer hyper salé. Le camping de Meningie n’a rien d’affriolant. Nous n’avons parcouru qu’une cinquantaine de km, mais allons dormir dans cette ville, pour refaire le plein de vivres et ma foi, nous reposer un peu. Alors que nous faisons rôtir notre entrecôte sur le barbecue municipal, arrive Colleen sur son vélo. Et au bout de 30s, elle nous invite à séjourner dans sa maison à 8 km d’ici, en pleine nature, au bord du lac. La journée, elle travaille dans un hôpital, son mari est absent, nous sommes les gardiens du temple, et vaquons à nos activités, comme chez nous. Un endroit magique. Electricité par panneaux solaires, eau de pluie, pas de téléphone portable, pas d’ordinateur et pas de télé. Colleen est adorable, généreuse et sincère, c’est vraiment un personnage. Son intérieur est intéressant, à mi-chemin entre une maison et un musée, c’est assez inattendu.

20171005 105030 resized

 

Avec John, ils se déplacent surtout en vélo et….en canoé ! Récemment, ils ont descendu la Murray River, ce qui représente 2700km. C’est le 3eme plus long fleuve au monde après l’Amazone et le Nil.

DSC06673 copie

 

Pour ce faire, ils s’y sont pris en 2 fois, car la première fois, ils ont chaviré dans un endroit dangereux, ils ont été hélitreuillés. Petite précision : John est presque aveugle, et ce sont eux deux qui ont construit leur canoé en bois ! Nous restons 2 nuits, et quittons Collen à regret, (avec des confitures et des pâtes de fruits), on ne se reverra sans doute jamais, mais la route nous attend. Le lendemain, nous nous apercevons que des bocaux de fruits au sirop et de sauce tomate ont été glissés dans nos sacoches !

Passer à côté de ces rencontres serait simplement insensé, et c’est un peu ce qui guide nos voyages, au jour le jour, et en restant ouverts aux autres.

 

Mais ce n’est pas toujours la fête. La suite du parcours s’avère moins agréable, nous avons un vent de face à décorner les kangourous. Et glacial qui plus est…A Salt creek, nous faisons la pause cappuccino au bar, et bien nous en prend, car nous rencontrons Marie Claire et Jean Pierre, qui nous donnent quelques bons tuyaux pour la suite, en particulier de faire un petit détour par Nura Creina. Là, tenez-vous bien, des types sont arrivés il y a 5 générations maintenant, ils ont trouvé le coin joli (tu m’étonnes, John, c’est magnifique, oui…), alors ils se sont posés et ont clôturé tout le bord de côte. Privé qu’il est maintenant le village, la plage, les criques. Un Monsieur âgé nous ouvre le portail du village, du coup, tant qu’à se taper l’incrust., nous lui demandons si nous pouvons poser la tente devant la maison. D’accord. On aurait du se la faire discrète et s’arrêter là, mais en plein milieu de la cuisson des pâtes, panne d’essence, obligés d’aller demander au type s’il ne peut pas nous filer un peu d’essence de sa tondeuse. Il est tout content de nous rendre service et du coup, nous propose WC et douches. Et nous verrons sa femme et les 2 dalmatiens. Décidément, les australiens aiment les chiens.

20171010 180609
20171011 085408
IMG 9007---copie
IMG 9009---copie
IMG 9013---copie

C’est une bien belle piste maintenant qui nous trimballe le long des plans d’eaux, c’est calme, des oiseaux partout, et hop, nous nous installons pour la nuit dans un endroit de rêve qui domine l’océan.

et voici la lumière que l'on a avant que le vent se déchaîne :

IMG 8960 copie

 

Si notre épopée dans le désert a parfois pris des airs de course, on se la coule douce maintenant, nous sommes attendus à Melbourne le 25 Octobre, on a le temps d’arriver sans forcer.

DSC02629---copie
DSC02639---copie-2
DSC06642---copie
IMG 8976---copie
IMG 8979---copie

 

Des moutons, des bœufs et des cappuccino.

Nous roulons tantôt au bord de l’océan, tantôt dans une plaine agricole emplie de bœufs et de moutons. Le problème c’est que la région est maintenant pas mal habitée, il devient un peu plus compliqué de s’installer pour camper dans des endroits discrets. Il y a des clôtures partout, on ne peut guère entrer et poser sa tente au milieu des vaches et des moutons. Même trouver un coin confortable pour préparer son cappuccino pour la pause de 11h est moins évident.

Et puis, un peu avant d’arriver à Beachport, on est justement là en train de boire le cappuccino au bord de la route, les flics s’arrêtent et nous conseillent de nous dépêcher de nous mettre à l’abri, un gros orage se prépare. Et on se l’est pris, le méga orage. Ce n’est pas tant la pluie qui tombait drue qui nous a gêné, mais les bourrasques impressionnantes qui nous empêchaient de rouler. On a pu se réfugier dans des toilettes publiques…., trempés à l’os…

A partir de Mount Gambier, nous naviguons au milieu de belles forêts, tantôt de pins, tantôt d’eucalyptus. Nous voyons des koalas, morts écrabouillés bien sûr, le même sort pour les pauvres wambats vus avant…On visite aussi une grotte, qui n a rien de transcendant…, ce n’est pas le gouffre de Padirac, cocorico.

Un jour, on se dit : tiens, on va faire la pause cappuccino à Oxford. On trouve que ça fait classe de boire son petit café à Oxford. Et là, tenez-vous bien, on roulait tellement vite qu’on a traversé le bled sans s’en rendre compte. « ah les vantards, en vélo couché, sur le plat et avec un vent arrière ! ». Alors on l’a bu plus loin, assis par terre comme 2 cons.

DSC06718 copie

Bon, parfois, c’est mieux, on trouve un banc

20171002 120032 resized

 

et parfois une table et des bancs.

Et puis un jour, il y a tellement de vent qu'on se pose dans un abri et on sort le thermos. Arrive le facteur, il nous signale que nous sommes installés dans la boîte aux lettres de la ferme !

DSC06622 copie

Honnêtement, on ne se doutait pas qu'il s'agissait d'une boîte aux lettres..., d'habitude, elles ressemblent à ça :

20171004 174334 resized
DSC06715---copie
IMG 8982---copie
IMG 8983---copie
IMG 8987---copie

Parfois, je me demande pourquoi on a encore des lecteurs. Personnellement, je trouve ça terriblement ennuyeux de lire des récits de voyage. Alors si c'est pour lire des récits mièvres et des histoires de cappuccino, merci bien. Sur ce, promis, je vais faire un effort, la prochaine fois, je vous raconte la cuisson des pâtes ! Merde, c'est déjà fait...Alors, je mets les photos.

IMG 8949---copie
IMG 8985---copie
IMG 9004---copie